Tous les articles et autres contenus publiés sur ce blog sont soumis à la législation en vigueur concernant le droit d'auteur et la propriété intellectuelle

mercredi 9 novembre 2011

Nouvelles formations de Thérapie Sociale de 5 jours

Quatre nouvelles formations d'initiation à la Thérapie Sociale (formations "introduction") sont mises en place en France à Toulouse, Rennes, Lyon et Dijon. Il reste des places si vous souhaitez vous inscrire !

Les dates:

Toulouse:  du 24 février au 4 mars 2012

Rennes: du 2 au 6 mai 2012

Lyon: du 23 au 27 mai 2012

Dijon: du 30 mai au 3 juin 2012


Cliquez sur la ville pour télécharger le formulaire d'inscription souhaité

Toutes les infos sur la formation de 5 jours (programme, tarifs, etc.) ICI

lundi 7 novembre 2011

Jean Jaurès...actuel, non?

"Mais ce qu’il faut sauvegarder avant tout, ce qui est le bien inestimable conquis par l’homme à travers tous les préjugés, toutes les souffrances et tous les combats, c’est cette idée qu’il n’y a pas de vérité sacrée, c’est-à-dire interdite à la pleine investigation de l’homme ; c’est cette idée que ce qu’il y a de plus grand dans le monde, c’est la liberté souveraine de l’esprit; c’est cette idée qu’aucune puissance ou intérieure ou extérieure, aucun pouvoir et aucun dogme ne doit limiter le perpétuel effort et la perpétuelle recherche de la raison humaine ; Cette idée que l’humanité dans l’univers est une grande commission d’enquête dont aucune intervention gouvernementale, aucune intrigue céleste ou terrestre ne doit jamais restreindre ou fausser les opérations ; cette idée que toute vérité qui ne vient pas de nous est un mensonge ; que jusque dans les adhésions que nous donnons, notre sens critique doit toujours rester en éveil et qu’une révolte secrète doit se mêler à toutes nos affirmations et à toutes nos pensées ; que si l’idée même de Dieu prenait une forme palpable, si Dieu lui-même se dressait, visible, sur les multitudes, le premier devoir de l’homme serait de refuser l’obéissance et de le traiter comme l’égal avec qui l’on discute, mais non comme le maître que l’on subit. JEAN JAURES

jeudi 3 novembre 2011